Idées neuves et vieux textiles

Idées neuves et vieux textiles
Publié le
17 Décembre 2015
Comment concilier recyclage des déchets textiles, insertion par l’activité économique, mutualisation entre associations et partenariat avec les collectivités ? En Basse-Normandie, le Collectif normand de tri textile témoigne d’une telle démarche. Exemplaire.
Des associations bas-normandes intervenaient depuis longtemps dans la récupération des vieux textiles. Ces derniers étaient soit remis dans le circuit économique grâce au travail de friperies ou de boutiques – à l’instar de celles installées à Alençon et à Flers par l’association Agir La Redingote -, soit expédiés dans des pays du Sud, soit recyclés par des acteurs industriels pour fabriquer, par exemple, des plafonniers de voiture ou des briquettes de chauffage.

Réflexion collective

Ces activités, souvent éparpillées et menées individuellement, ont été bousculées par la parution en juin 2008 d’un décret « relatif au recyclage et au traitement des déchets issus des produits textiles ». Désormais, tout déchet textile doit être recyclé, les collectivités locales en sont responsables et un éco-organisme dédié (Eco-TLC pour textiles, linges et chaussures) est créé. « Nous avons vite compris que le risque était de détourner les dons aux associations et de voir la filière se structurer autour de professionnels », explique Pascal Gahéry, le directeur de l’association Agir La Redingote. L’association sollicite la Région Basse-Normandie pour mener une réflexion globale sur le sujet. La collectivité est prête à s’y investir mais seulement si Agir la Redingote se regroupe avec les autres acteurs régionaux. C’est ainsi que 13 associations de l’Orne, du Calvados et de la Manche se réunissent pour conduire une étude d’opportunité sur les risques et les impacts de la nouvelle législation et imaginer les réponses à y apporter.

130 associations mobilisées

La plateforme Cobanor Tritex voit ainsi le jour en 2009 avec pour mission d’assurer la valorisation du textile collecté par les associations réunies en collectif. Initiée à 13, la filière est aujourd’hui structurée autour de 130 associations. Elle traite 4 000 tonnes de déchets textiles par an, emploie quelques 70 personnes (dont 60 en insertion) et s’est élargie à l’ensemble de la nouvelle région Normandie qui réunit les Basse et Haute Normandie. Les collectivités normandes sont toujours associées aux projets de développement de la structure comme la construction d’un nouveau bâtiment entièrement conçu aux normes ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) destiné à répondre à l’augmentation des volumes à traiter. Le tour de table financier de l’opération réunit l’État, la Région, la ville de Caen et quatre institutions financières (dont Basse Normandie Active, le Crédit coopératif et la Nef).

Recherche & développement

Aujourd’hui, l’objectif est de développer davantage la filière de recyclage et de trouver de nouveaux débouchés pour les vêtements ne pouvant être réemployés. Cobanor Tritex, là encore, ne veux pas rater le coche. C’est pourquoi il a lancé avec l’ISPA (Institut Supérieur de Plasturgie d’Alençon) des travaux de recherche et développement pour le recyclage matière des textiles. Une façon d’aller plus loin dans une démarche d’économie circulaire qui illustrerait de manière parfaite la fameuse formule des pionniers de cette économie vertueuse qui promet un cycle « du berceau au berceau ».

SCOP La Navette

Pour en savoir plus
Le site de Cobanor Tritex : http://www.cobanor-tritex.fr
Ophélie Villedieu, chargée de communication de Cobanor Tritex
Tél : 02 31 93 27 30, courriel : communication@pfct.fr

Pour aller plus loin
Découvrir le dossier web consacré à l’économie circulaire réalisé par l’Avise

http://www.avise.org/actualites/idees-neuves-et-vieux-textiles

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire